mercredi 29 juin 2016

Déclaration choquante d’un initié du domaine médical

Un aveu choquant de l’éditeur de The Lancet, la revue médicale la plus estimée au monde, a été pratiquement ignoré par la grande presse et les médias dominants. Le Dr Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet, a récemment fait une annonce disant qu’un nombre scandaleux de publications d’études sont au mieux, peu fiables, quand elles ne sont pas complètement mensongères, en plus de frauduleuses.
Horton a déclaré:
« Une grande partie de la littérature scientifique, sans doute la moitié, pourrait être tout simplement fausse. Affligée d’études avec des échantillons réduits, d’effets infimes, d’analyses préliminaires invalides, et de conflits d’intérêts flagrants, avec l’obsession de suivre les tendances d’importance douteuse à la mode, la science a pris le mauvais tournant vers les ténèbres»
Faisant état des choses autrement, Horton dit carrément que les grandes compagnies pharmaceutiques falsifient ou truquent les tests sur la santé, la sécurité et l’efficacité de leurs divers médicaments, en prenant des échantillons trop petits pour être statistiquement significatifs, ou bien, pour les essais, embauchent des laboratoires ou des scientifiques ayant des conflits d’intérêt flagrants, ils doivent plaire à la compagnie pharmaceutique pour obtenir d’autres subventions. Au moins la moitié de tous ces tests ne valent rien ou sont pires, affirme-t-il. Les médicaments ayant un effet majeur sur la santé de millions de consommateurs, ce trucage équivaut à un manquement criminel et à de la malversation.

Ce dont parle Horton, le financement par l’industrie d’études thérapeutiques afin de mettre au point des médicaments ou des vaccins commerciaux, soi-disant pour aider les gens, sert à former le personnel médical, les étudiants en médecine et autres.

Horton a écrit ses commentaires choquants après avoir assisté à un symposium au Wellcome Trust de Londres, sur la reproductibilité et la fiabilité de la recherche biomédicale. Il a constaté la confidentialité, ou règles de « Chatham House », faisant que les participants ne doivent pas révéler les noms. « « Beaucoup de ce qui est publié est incorrect. » Je ne suis pas autorisé à dire qui a fait cette remarque car nous avons été invités à

mardi 28 juin 2016

Urgent : Ayrault et Steinmeier préparent une « Nouvelle Europe » Réseau Voltaire


Urgent : Ayrault et Steinmeier préparent une « Nouvelle Europe »


Reprenant le projet européen de Winston Churchill, les ministres des Affaires étrangères français et allemand, Jean-Marc Ayrault et Frank-Walter Steinmeier, ont conçu un projet de « Nouvelle Europe » après le Brexit.
Selon le document [1], ce projet est constitué de trois grands thèmes :
- Le sécurité européenne, qui reprend les thèmes de la Communauté européenne de Défense (CED, rejetée en 1950) ;
- L’asile et la politique des migrants ;
- La croissance et l’euro.
Les ministres appellent à une fusion des politiques étrangères et de défense, impliquant des ambassades communes et une armée commune. Ils ne précisent pas l’avenir du siège français au Conseil de sécurité, ni celui de la force nucléaire française. Dans ce chapitre, ils annoncent une initiative commune pour « la stabilisation, le développement et la reconstruction » de la Syrie. Pour lutter contre le terrorisme, ils proposent, outre la création d’une coordination européenne des services de renseignement, l’harmonisation des dispositions pénales.
Les ministres appellent à un renforcement de la surveillance commune des frontières européennes. Sans remettre en cause leur définition des « réfugiés », ils affirment qu’ils ont tous droit à la protection des Conventions de Genève. Admettant des histoires différentes, ils décident de partager leurs expériences en la matière.
Les ministres appellent à une harmonisation des politiques fiscales et à une stricte convergence des budgets nationaux de manière à garantir le bon fonctionnement de l’euro. Ils préconisent la création d’une nouvelle assemblée européenne chargée de contrôler la politique monétaire. Elle serait composée des députés européens de la zone euro et des députés nationaux.
Interrogée sur ce document, la chancelière Merkel a déclaré

Brexit or not brexit. Le grand capital joue à se faire peur

Brexit or not brexit. Le grand capital joue à se faire peur

 

 «On est peut-être les gentlemen anglais fair-play, mais on est aussi les enfoirés de la perfide Albion.»

John Le Carré (grand écrivain de romans policiers)


Un mal qui répand la terreur, un mal que l’Europe appréhende pour punir les crimes de ceux qui osent se dresser contre l’orthodoxie néolibérale. La menace du Brexit, puisqu’il faut l’appeler par son nom capable d’enrichir en un jour toujours les mêmes et ruiner toujours les plus faibles. On assiste à une comédie humaine malsaine où les riches et les puissants jouent à se faire peur, amusent la galerie. Le score est connu, le capital ne se laissera pas faire; les puissants de toutes les parties s’uniront et encore les faibles, les besogneux, les sans-grade verront leur destin leur échapper, formatés qu’ils sont par un pouvoir et saturés ad nauseam par une presse qui a reçu instruction de faire paraître la sortie du Royaume-Uni de l’Europe sous un jour couleur de soufre. Tout est parti comme on le sait de l’ambition de Cameron de se faire réélire encore. Il a pu le faire grâce à un coup de génie malfaisant en offrant au bon peuple un hochet, nous allons demander à sortir de cette Europe qui nous prend plus qu’elle nous donne. Le bon peuple naïf comme toujours a donné un quitus à Cameron réélu pour exiger plus que les autres au nom de sa spécificité.
La bataille du Brexit se joue aussi dans les journaux
Dans cette triste comédie, les médias s’en donnent à pleine page pour conditionner le citoyen lambda et lui faire miroiter alternativement le Brexit et ses conséquences désastreuses pour les Anglais et pour l’Europe, ceci à usage des citoyens anglais. Pour les continentaux, notamment les hommes politiques français la sortie de la Grande-Bretagne est une bénédiction. La city pourrait venir à Paris, bien qu’en Allemagne on pense accueillir la City à Frankfurt.
Toujours dans ce jeu de rôles, les journaux se sont répartis les rôles, les in et les out Estelle Pattée parle de cela: «Les journaux britanniques s’écharpent” sur la position à adopter. Les journaux anglais affichent tour à tour leur position en faveur du Remain (maintien) ou du Leave (partir), appelant leurs lecteurs à les suivre. Un bal ouvert par The Sun, journal le plus lu du Royaume-Uni, qui titrait dans son édition de mardi 14 juin, «Be leave in Britain».
«C’est notre dernière chance de nous retirer de la machine antidémocratique de Bruxelles,

Danger de guerre: l’appel désespéré de Poutine

  Danger de guerre: l’appel désespéré de Poutine

 


 Pendant des années, Washington a prétexté la «menace iranienne» pour déployer son fameux système anti-missile en Europe de l’Est. Ensuite, la réhabilitation de Téhéran l’a contraint à changer de fable et le coup d’Etat fomenté en Ukraine a finalement permis de désigner la véritable cible de tout le dispositif: la Russie. Les ficelles de l’affaire sont énormes et tout cela est fort bien documenté (1) même si les «merdias» occidentaux, propriétés de milliardaires apatrides affiliés au Parti de la guerre atlantiste, ont déversé leur propagande pour désigner le responsable de tous nos maux, le super-méchant Poutine donc. Mais la réalité aujourd’hui est que les Etats-Unis menacent la Russie depuis le territoire européen avec des missiles désormais opérationnels et capables d’une attaque nucléaire de première frappe. Dans une vidéo saisissante (2), Vladimir Poutine lance donc un appel presque désespéré à une brochette de «journalistes» internationaux en leur disant en substance : «Mais arrêtez de mentir, dites la vérité à vos peuples sur le danger imminent qui nous menace tous !»

«Wake up !»
 

Lors d'une récente discussion avec des représentants de divers médias, Vladimir Poutine a donc lancé cet appel inédit. Le chef de l’Etat commence ainsi par balayer l’argument-bidon de la menace iranienne désormais éventé. Puis en quelques phrases il détaille la menace que les Etats-Unis font peser sur le monde en déployant leur fameux bouclier anti-missiles en Europe, un système présenté comme défensif mais en réalité parfaitement offensif et pointé contre la Russie. «Leur système est désormais opérationnel et leurs missiles ont une portée de 500 km, dit-il. Les missiles de nouvelle génération atteindront bientôt une portée de 1000 km, puis davantage encore et, à partir de ce moment-là, ils menaceront directement la Russie et son potentiel de dissuasion nucléaire.»
Faisant référence au prétexte iranien et probablement aussi à la campagne de diabolisation de la Russie, il enchaîne: «C’est à vous qu’ils racontent ces balivernes et vous les répercutés auprès de vos populations. Et ce qui me préoccupe tant est qu’elles ne peuvent plus alors sentir l’imminence du danger. Comment pouvez-vous ne pas comprendre que

Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale

27 ans après la chute du Mur de Berlin

Le Brexit redistribue la géopolitique mondiale

Favorable au Brexit, la reine Elizabeth va pouvoir réorienter son pays vers le yuan.
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...