jeudi 31 mai 2012

Douze images montrent que le Nouvel Ordre Mondial nous méprise ouvertement

clip_image001

 

 

 

The American Dream, Michael Snyder, 18 mai 2012

 

      Si vous savez quoi chercher, il devient vite évident que les élites mondialistes [*] n’essayent même pas de cacher leurs plans sournois pour la planète. Ils espèrent unifier le globe entier sous leur leadership, et ils ne nous croient ni assez forts, ni assez intelligents pour les en empêcher. Ils gravent ouvertement sur nos bâtiments, nos monuments et notre argent [**], des symboles exprimant leur aspiration envers un seul principe économique mondial, une seule religion mondiale et un seul gouvernement mondial, et ils trouvent bidonnant que la plupart des gens n'aient pas la moindre idée de ce que signifient ces marques.

 

Le Nouvel Ordre Mondial se moque ouvertement de nous et semble prendre plaisir à nous donner des « indices » sur ce que sont ses plans pour l'humanité. Dans la « société globale » qu'ils ont prévu pour nous, l’indépendance individuelle et les libertés seront fortement limitées « pour le bien de l'humanité », et ils utiliseront la nouvelle toile de la police d'État à la Big Brother pour surveiller et contrôler tout ce que nous trafiquons. Ce serait un régime totalitaire ne ressemblant en rien à ce que le monde connaissait auparavant. C'est pourquoi il est absolument impératif que nous réveillions les gens et fassions qu’ils s’éduquent sur ce que les prédateurs globalomanes ont l'intention de faire, de sorte qu'ils puissent résister à ce despotisme montant.

[* Ndt : Il s’agit bien entendu des crabes psychopathes de la synagogue de Satan, qui s’activent à instaurer l’Âge des charognards.

** Et même, il parait, sur les Saturne 5, les fameux chalumeaux volants sur lesquels des Zuniens ont fait semblant d’aller sur la Lune.]

 

Nous allons passer en revue douze pictogrammes montrant à quel point le Nouvel Ordre Mondial se fiche ouvertement de nous.

 

Wenlock – la mascotte officielle des Jeux olympiques de 2012 à Londres

     

Sur le site officiel de Londres 2012, on nous raconte que Wenlock, la mascotte officielle des Jeux olympiques de 2012 à Londres, a une camera pour œil, parce que « Wenlock enregistre tout ».

     

En quoi ça fiche la trouille ?

     

Quoi que fasse Wenlock, il est toujours à l'affut et toujours en train d'enregistrer...

 

clip_image002

     

Dans Vanity Fair, un article récent de Michael Joseph Gross contenait quelques détails supplémentaires à propos de Wenlock :

     

Même Wenlock et Mandeville, les mascottes de bande dessinée de 2012, ont la notion de surveillance intégrée dans leur design. Wenlock et Mandeville sont deux cognes argentés, aux formes légèrement différentes, censés être pris pour des gouttes d'acier provenant « de la dernière énorme poutre du stade olympique » [*]. La face de chacun est entièrement occupée par un œil unique, censé être l’objectif d’une caméra. L'emballage des versions jouets en peluche des deux personnages, explique : « Mon œil unique est comme une caméra me permettant d’enregistrer tout ce que je vois. » (Le LOCOG, comité d’organisation des jeux olympiques de Londres, a aussi autorisé des versions jouets sous forme de flics londoniens et de gardes du Palais de Buckingham, avec une lentille de caméra pour visage.) Est-ce que l'idée de donner aux enfants un jouet espion, ai-je demandé à Johnson, n’est point un chouïa effrayante ?

 

[* Ndt : Au cas où ce serait un indice de projet d’attentat (sous fausse bannière évidemment),  il vaudrait mieux ne pas être à là-bas à cette époque. À moins, bien sûr, de vouloir à tout prix prendre l’acier fondu des poutrelles du stade sur la tête.]

      « Parlez-vous de Mandeville et Wenlock ? » a répondu le maire. « La chose que, de haut en bas du pays, même à travers la planète entière, les enfants réclament à grands cris à leurs parents de leur acheter pour Noël ? Dites-vous que nos icônes nationales sont effrayantes ? Je pense qu’elles seront, si elles ne le sont déjà, chéries et convoitées comme des ... euh ... Schtroumpfs. Ce sont les Schtroumpfs à la mode. Ils seront schtroumpfement prisés. Ce qui pour vous est un truc borgne effrayant, une sorte d’androïde cyclopéen, est pour nombre d’enfants un ... heu ... adorable bougre marrant, qui les réconfortera la nuit. »

     

Ça ne va naturellement rien faire pour atténuer la réputation de société sous surveillance à la Big Brother qu’a le Royaume-Uni.

     

Aujourd'hui, au Royaume-Uni, il y a plus de caméras de surveillance par habitant que partout ailleurs dans le monde. Il a été estimé que, là-bas, près de 5 millions de caméras de surveillance observent en permanence chaque geste des gens.

Nouvel Ordre Mondial: Les banquiers veulent la guerre… La Syrie ou la fabrication du consensus belliqueux

Il aura fallu moins d’une semaine pour que la baudruche propagandiste des va t’en guerre occidentaux ne commence à se dégonfler sérieusement, même si toute la lumière reste à faire sur cet ignoble évènement du massacre de Houla, la situation s’est déjà bien décantée.

Résistance 71

clip_image001

Où en étions-nous dimanche soir ? L’infâme régime syrien de Bachar Al-Assad avait bombardé son peuple au sein d’un village à l’aide de son artillerie, causant le massacre de plus de cent innocents. S’ensuivit la litanie habituelle de condamnations de la “communauté internationale”, c’est à dire des membres de l’empire anglo-saxon et leurs faire-valoir de l’OTAN, organisant le haro généralisé sur le gouvernement syrien, haro soutenu et promu comme il se doit par les médias à la botte de leurs payeurs, tout ce cirque sans attendre quelque preuve confirmée indépendamment que ce soit.

Le gouvernement syrien pour sa part, dément toute participation dans le massacre et renvoie la responsabilité dans le camp de l’opposition armée syrienne (dont nos médias “bien intentionnés” ont mis près d’un an à reconnaitre l’existence, alors que le public informé sait, tout comme en Libye auparavant, que la lutte armée était de mise, dès le départ).

Trois jours plus tard où en est-on ? Une enquête des observateurs de l’ONU reconnait que “moins de 20 victimes sur les 108 répertoriées ont été tuées par des tirs d’artillerie” et que la vaste majorité des victimes a été “exécutée à bout portant”. Le conseil de sécurité de l’ONU avait au préalable condamné le massacre en impliquant les deux parties de la belligérance.

Ceci n’a pas empêché certains états membres de l’OTAN d’expulser les ambassadeurs syriens résidents de leur nation. Expulser l’ambassadeur d’un pays ne se voit quasiment que dans le cas imminent d’une guerre. Cette mesure diplomatique (vraiment ?) est une mesure lourde qui envoie le message suivant: “Peu importe ce qui est ou sera dit, nous vous tenons responsables des évènements, préparez-vous à la guerre, nous refusons le dialogue.” Les mêmes “diplomates “ occidentaux n’ont-ils pas également donné pour consigne à l’opposition syrienne de ne pas négocier avec le gouvernement syrien, qui lui a entamé la série de réformes qu’il avait annoncé, à commencer par des élections législatives multipartites ?

De fait, l’occident et son empire criminel expansionniste et néo-colonialiste, est dirigé par le pouvoir de l’ombre constitué des cartels transnationaux de la haute finance et de la grosse industrie. Le bras armé principal de cet empire sont les Etats-Unis assistés de leurs sbires asservis de l’OTAN, qui fut réactivée après la chute de l’URSS pour devenir le gendarme de l’empire et assister les Etats-Unis et la Grande-Bretagne dans leur entreprise de domination totale planétaire.

Le plan de domination et de “remodelage du Moyen-Orient” pour des raisons géostratégiques impérialistes a été écrit il y a bien longtemps. Ce projet expansionniste néo-conservateur date d’avant les attentats du 11 Septembre 2001 ; ceux-ci ayant servi de catalyseur au passage à l’action via la déclaration de l’escroquerie de la “guerre globale contre la terreur”. La refonte du système politique des nations moyen-orientales est partie intégrante du projet, y compris l’élimination des régimes non-alignés sur la politique de l’axe Washington-Londres-Tel Aviv (que nous pouvons comparer à l’axe Berlin-Rome-Tokyo précédant et durant la seconde guerre mondiale, l’histoire se répétant sans cesse, cela devrait particulièrement nous interpeler…), à savoir: le Soudan, la Libye, la Syrie et l’Iran.

Haykal: les ingérences menacent la survie de la Syrie

clip_image001

Parmi ceux qui craignent le plus pour le destin de la Syrie vient en tête l’ancien conseiller du président égyptien défunt Gamal Abdel Nasser, Mohammad Hassanine Haykal.

« D’aucuns s’ingèrent dans les affaires syriennes, ce qui menace la survie de la Syrie, ce qui est très grave », a averti cet homme politique égyptien de renommée, selon le site en ligne Arabs 48.

« Je ne fais pas partie de ceux qui admirent le régime syrien,..., mais la majeure partie des Syriens ont leurs conceptions, leurs visions et leurs revendications. La première étant qu’ils ne veulent pas qu’il arrive en Syrie, ce qui est arrivé en Libye et ne veulent pas de printemps arabe made in Otan », précise Haykal.

Il a dit connaitre un bon nombre d’opposants syriens à l’étranger, et les liens qu’ils entretiennent : « il y a des campagnes frénétiques exagérées, qui, même si elles sont liées à des faits, n’en demeurent pas moins très amplifiées et dramatisées par rapport à la réalité, ce qui peut pousser ce pays vers l’abime », redoute-t-il.

Al-Qaïda et Black Water aussi

Cet ancien journaliste a dit voir la présence d’Al-Qaida en Syrie, s’étonnant des objectifs de ceux qui voudraient faciliter son infiltration en Syrie pour commettre des crimes et des destructions.

« Je sais aussi que la société Black Water ,..., pour vendre les services d’armements y est également impliquée et qu’il y a 6 milles de ses membres qui travaillent à l’intérieur et à l’extérieur », a-t-il révélé.

Haykal pense aussi que certaines parties de l’Otan dont la Turquie, laquelle compte 15 millions d’Alaouites et un nombre similaire de Kurdes, adopte une position quelque peu différente de certaines parties arabes : « il est certes étrange que certains régimes arabes conservateurs se soient soudain transformés en des directions révolutionnaires progressistes qui appelle à la révolution armée », s’est-il étonné.

Haykal est d'autant plus surpris que « la campagne contre la Syrie à laquelle s’ajoute celle contre l’Iran est sur le point de transformer le conflit au proche Orient d’un conflit arabo-israélien, en un conflit sunnite-chiite, en une zizanie qui frappe le cœur de la nation islamique, ce qui constitue un grand péché ».

http://www7.almanar.com.lb

Massacre de Houla : tout s'est décidé à Doha!

clip_image001

IRIB- L'Arabie Saoudite et le Qatar ont fourni 5 millions de dollars aux terroristes pour commettre le crime abominable et horrible d'Al-Houla, à Homs. C'est la chaîne de télévision al-Donya qui a révélé cette information.

« Le 18 mai, une rencontre saoudo-qatarite a eu lieu, à Doha avec pour objectif de viser la Syrie » précise cette chaine de télévision. Pourquoi ce sang s’est-il répandu en Syrie ? Qui ont commis ces massacres ? Qui les ont commandités ? En quoi consiste l'affaire des 5 millions de dollars ? Le reporteur de la chaine tout en avançant de telles interrogations, se réfère au quotidien palestinien, Al-Manar pour en avoir les éléments de réponse dans les détails.

Selon ce quotidien citant les sources bien informées, une réunion a eu lieu, le 18 mai, entre le chef des services secrets saoudiens, Bandar Bin Sultan, un certain nombre de commandants des forces de sécurité du régime saoudien, les responsables des noyaux terroristes, appuyés par les Ale Saoud et les Ale Ttani et les conseillers militaires israéliens.

Cette réunion, tenue à Doha, capitale du Qatar, a duré deux jours. Ce qui s'est dégagé de cette réunion, c'était de projeter un plan visant à déboussoler le gouvernement syrien au moment de la visite en Syrie de l'émissaire de l'ONU, Kofi Annan. Donc, il a été décidé de commettre un massacre barbare au seuil de la visite d'Annan.

Pour ce faire, les participants à cette réunion ont fixé aux terroristes une somme de 5 millions de dollars, tout en la conditionnant à ce que ce massacre soit commis à Houla.

Toujours selon ce quotidien, citant les sources bien informées, les milieux américains, turcs, le Secrétaire général de l'ONU, et le secrétaire général de la Ligue arabe étaient informés de ce projet de complot.

Il y eu, ensuite, des contacts entre les conspirateurs et leurs mercenaires. Certains médias aussi ont été informés du fait qu'un grand évènement allait se produire, les prévenant ainsi de se tenir prêts pour y donner une couverture médiatique, avec pour objectif de pousser la communauté internationale vers une action contre les dirigeants de la Syrie.

Selon ce quotidien, les victimes sont des gens, surtout des enfants, qui ont été enlevés et amenés dans cette région. Pour commettre leur crime, les terroristes avaient utilisées des armes sophistiquées que les régimes saoudien et qatari ont, récemment, achetées d'Israël.

http://french.irib.ir

Qatar: la décision de commettre le massacre de "Houla" a été décidé à Doha une semaine avant

Tués à bout portant et non dans des bombardements

Qatar: cinq millions de dollars pour des mercenaires

clip_image001

Une réunion secrète a eu lieu à Doha, au Qatar en présence  de milices, des experts en criminologie, et une  cellule d’expertise militaire  israélienne , et la participation secrète de dirigeants politiques américains et turcs.

La réunion a eu pour but d'adopter un nouveau plan contre le peuple syrien, son titre, l'intensification des opérations terroristes, et la mise en œuvre de meurtres aléatoires pour semer la terreur et la confusion dans la rue syrienne, et accuser le régime en Syrie de les commettre.

Convenu à Doha, la mise en œuvre d'un horrible massacre à Homs, tuer le plus grand nombre possible de familles qui ont combattu des terroristes dans la région.

  Commencer immédiatement les enlèvements de familles, Cinq millions de dollars ont été versés pour commettre ce  massacre odieux de Houla.

Pour réaliser cette mission,  des  terroristes de Homs, avec les terroristes de la Geagea, milice formée précédemment dans les camps d'Israël, et aussi des experts en terrorisme de la société « Blackwater », en plus des éléments terroristes en provenance de Tunisie, d’Arabie saoudite, du Koweït, du Pakistan et des pays africains.

Ils ont décidé de commettre un horrible massacre qui arrive à  coïncider  avec la visite de Kofi Annan, en  Syrie, et à la veille du comité de la Ligue arabe dans les Émirats arabes unis. Le montant de cinq millions de dollars a été versé pour les terroristes à Homs pour commettre le  massacre odieux de Houla.

L’administration Obama reconnaît que 5 millions de Palestiniens disposent d’un droit inaliénable au retour

Réseau Voltaire

clip_image001

Le département d’État s’est opposé à ce que le Sénat des États-Unis fixe dans une loi un nombre restreint de Palestiniens ayant la qualité de « réfugiés ». Considérant que l’on ne peut préjuger de décisions qui n’appartiennent qu’aux négociateurs palestiniens et israéliens, le secrétaire d’État adjoint Thomas R. Nides a évoqué, dans une lettre datée du 24 mai 2012, l’existence d’environ 5 millions de réfugiés palestiniens bénéficiant de l’aide de l’UNRWA.

Ce faisant le département d’État brise un tabou de soixante quatre ans ! Il reconnaît que, en l’absence de règlement de la question palestinienne, la qualité de réfugié ne s’applique pas seulement aux Palestiniens expulsés de leurs demeures en 1948 (environ 750 000) et 1967, mais à leurs descendants sans limite de génération.

En d’autres termes, l’administration Obama reconnaît que 5 millions de Palestiniens jouissent du droit inaliénable au retour, tel que défini par le droit international ; une clarification qui est destinée à faire pression sur le gouvernement Netanyahu.

http://www.voltairenet.org/L-administration-Obama-reconnait

Surveillance des internautes par le biais de mots-clés... au prétexte de la sécurité intérieure!

Sam Rolley

 

clip_image001

 

Grâce à la loi sur la liberté de l'Information, des blogeurs et des usagers des réseaux sociaux savent maintenant les centaines de mots qu'ils devraient éviter d'utiliser sur internet pour éviter d'être scrutés par le Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security).

 

Les mots sont inclus dans la version 2011 du "Classeur de bureau de l'Analyste " du Département de la Sécurité Intérieure, qui est utilisé par les travailleurs du Centre d'Opérations National où on apprend aux agents à identifier les "données médiatiques qui reflètent les réponses défavorables aux interventions du Département de la Sécurité Intérieure".

 

L'objectif de l'agence est de traquer tous les signes de désaccord général envers le gouvernement et ses agences, bien que les officiels du Département de la Sécurité Intérieure insistent sur le fait qu'il s'agisse d'une collection de données uniquement destinées à évaluer les menaces (c'est fou comme on les croit, pas à dire!)

 

Le Centre d'Information pour le Respect de la Vie Privée sur Internet a critiqué cette liste de mots, estimant celle-ci "large, vague et ambiguë" et soulignant que celle-ci inclut "de vastes parties du Premier Amendement qui protège la liberté d'expression, ce qui est un aspect sans relation avec la mission du Département de la Sécurité Intérieure qui est de protéger le public contre le terrorisme et les catastrophes."

 

Voir la liste des "mots pisteurs", secteur par secteur: ICI

 

NB: On remarquera que pour le domaine de la santé et des épidémies, on "râtisse large".

 

clip_image002

Quelques exemples:

 

"Epidémie", "Contamination", "Exposition", "Virus", "Bactérie", "Evacuation", "Rappel", "Ebola", "Grippe, "H1N1", "Aviaire", "H5N1", "Variole", "Influenza", "Santé publique", "FDA", "Tuberculose", "Salmonelle", "Peste", "Symptômes", "Mutation", "Résistant", "Antiviral", "Vague", "Pandémie", "Infection", "Malade", "Porcin", "Tamiflu", "OMS", "Fièvre virale hémorragique", "Quarantaine", "Vaccin", "Souche",  "H1N1".

Le bassin du Levant et Israël - une nouvelle donne géopolitique ?

La découverte récente d’importants gisements de gaz et de pétrole en Méditerranée orientale modifie radicalement l’équation géopolitique dans la région et même bien au-delà. En effet, c’est l’occasion pour Israël de passer de la dépendance à la souveraineté énergétique, alors que le Liban revendique avec le soutien de Washington une partie de ce gaz qui se trouve dans ses eaux territoriales. William Engdahl explore les implications de cette évolution clé, qui est un des motifs principaux de la déstabilisation de la Syrie par le Qatar et les Occidentaux.

F. William Engdahl

clip_image001

L’exploitation du champ de gaz naturel de Tamar a commencé. Il devrait approvisionner Israël à partir de la fin 2012.

Les récentes découvertes de gisements de pétrole et de gaz, non pas importants mais immenses, situées dans une partie auparavant peu explorée de la mer Méditerranée (entre la Grèce, la Turquie, Chypre, Israël, la Syrie et le Liban), suggèrent que la région pourrait devenir un « nouveau Golfe persique ». Comme ce fut le cas pour l’« autre » Golfe persique, la découverte de ces richesses en hydrocarbures pourrait bel et bien devenir synonyme d’une terrible malédiction géopolitique pour la région.

Les conflits historiques du Proche-Orient pourraient bientôt êtres supplantés par de nouvelles batailles pour l’accès aux ressources pétrolières et gazières de la Méditerranée orientale, du bassin du Levant et de la mer Egée. Nous étudierons dans un premier temps les conséquences de la découverte d’un gigantesque gisement offshore de gaz et de pétrole au large d’Israël. Dans un second article, nous verrons les implications des découvertes de gaz et de pétrole dans la mer Égée, entre Chypre, la Syrie, la Turquie, la Grèce et le Liban.

Un léviathan israélien

Ce qui a tout fait basculer, ce fut une découverte spectaculaire, dans ce que les géologues appellent le bassin du Levant. En octobre 2010, Israël a trouvé un gigantesque méga-gisement offshore de gaz naturel dans ce qu’il estime être sa Zone Économique Exclusive (ZEE).

Cette découverte se situe à 135 km environ à l’ouest du port de Haïfa et à 5 km de profondeur. Cette poche a été appelée « Léviathan » en référence au monstre marin biblique. Trois compagnies d’énergie israélienne en coopération avec la compagnie texane Noble Energy ont annoncé des premières estimations à auteur de 450 milliards de mètres cubes — ce qui en fait la plus importante découverte de gaz en eau profonde des dix dernières années—, discréditant un peu plus les théories malthusiennes autour du « pic pétrolier » qui prétendent que la planète est sur le point de connaître de terribles pénuries structurelles en matière de pétrole, de gaz et de charbon. Pour se faire une idée, le gisement de gaz Léviathan représenterait des réserves suffisantes pour approvisionner Israël en gaz pendant un siècle [1].

L’autosuffisance énergétique était inimaginable pour l’État d’Israël depuis sa fondation en 1948. D’importantes explorations pour le pétrole et le gaz avaient été entreprises à plusieurs reprises, mais n’avaient pas donné de résultats. Contrairement à ses voisins arabes riches en sources d’énergie, Israël voyait cette chance lui échapper. Mais en 2009, Noble Energy, le partenaire d’Israël pour la prospection, a découvert dans le bassin du Levant le gisement de Tamar, à quelques 80km à l’ouest du port de Haïfa, recelant environ 238 milliards de mètres cubes de gaz naturel de la plus haute qualité. Tamar fût la plus grande découverte mondiale de gaz en 2009.

À l’époque, le total des réserves de gaz israéliennes était estimé à seulement 45 milliards de mètres cubes. Les estimations de Tel-Aviv prévoyaient que l’exploitation de Yam Tethys, qui fournit environ 70 % du gaz naturel du pays, serait épuisée dans les trois ans.

Grâce à Tamar, les perspectives se sont largement améliorées. Puis, un an après seulement, Noble Energy a fait sa plus importante découverte depuis sa création des dizaines d’années auparavant avec Léviathan, toujours dans ce même bassin géologique du Levant [2]. En matière de gaz, Israël est passé de la disette à l’opulence en l’espace de quelques mois.

Pauvreté, discriminations, violences : Records explosifs aux USA

clip_image001

Des millions de sans-abris errent dans les rues aux Etats-Unis, selon le rapport 2011 sur l'état des droits de l'Homme aux Etats-Unis publié vendredi par le Bureau de l'information du Conseil des affaires d'Etat de Chine.

D'après ce rapport, de 2,3 à 3,5 millions d'Américains n'avaient pas de logement en 2011, et il cite également des études récentes indiquant que la ville de New York avait battu un record historique avec 41 000 sans abris dans ses rues, dont 17 000 enfants. 

Le taux de pauvreté chez les femmes et les enfants américains a atteint un nouveau sommet, indique le rapport "L'Etat des droits de l'Homme aux Etats-Unis en 2011", publié vendredi par le Bureau de l'information du Conseil des affaires d'Etat chinois.

Selon les statistiques du Bureau de recensement des Etats-Unis, plus de 17 millions de femmes vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2010, dont plus de 7,5 millions dans une misère extrême et 4,7 millions de mères célibataires, explique le rapport.

Les statistiques du Bureau de recensement des Etats-Unis montrent également que plus d'un million d'enfants sont passés dans la population pauvre entre 2009 et 2010, portant à 15 millions le nombre total d'enfants vivant sous le seuil de la pauvreté, le niveau le plus élevé depuis 2001.

Le nombre d'enfants sans-abri a aussi augmenté. En 2010, 1,6 million d'enfants américains vivaient dans la rue, en hausse de 33% par rapport à 2007, ajoute le rapport en citant les chiffres du Centre national pour les familles sans-abri des Etats-Unis.

Un article du New York Times publié le 15 octobre 2011 annonçait que le taux de mortalité infantile aux Etats-Unis était de 6,7 pour 1 000 naissances. Ce taux est de 13,3 pour 1000 chez la population afro-américaine, soit près du double de la moyenne nationale.

Ces problèmes relatifs aux droits de l'Homme reflètent l'idéologie et le système politique des Etats-Unis qui ignorent les droits économiques, sociaux et culturels de leur peuple, la crise financière étant loin d'en être l'unique cause de cette situation, analyse le rapport.

Les Etats-Unis en tête des violences par armes à feu

clip_image002

Les Etats-Unis se sont classés au premier rang des pays développés en termes de violences et de nombre de décès par armes à feu.

Les Etats-Unis privilégient le droit de détention et de port d'arme, au détriment de la protection de la vie ses citoyens et de leur sécurité. En outre, ils exercent un contrôle laxiste de la détention d'armes, ce qui entraîne une multiplication du nombre de possesseurs d'armes à feu.

D'après la publication sur Internet le 9 janvier 2011 du rapport de la Politique extérieure, les Américains possédaient entre 35% et 50% des armes à feu détenues par des civils dans le monde, soit environ 90 armes pour cent personnes, souligne ce rapport.

D'après ce même rapport, plus de 30 000 Américains sont tués et 200 000 autres blessés chaque année en raison de violences par armes à feu. 

Les Etats-Unis imposent une restriction stricte sur l'Internet

Le gouvernement américain impose une restriction stricte sur l'Internet, et son approche de la question reste "pleine de problèmes et de contradictions", indique ce même rapport.

L’Irak retombe dans l’oubli

par Robert Fisk pour The Independent

Les souvenirs des tueries de la guerre, des enlèvements et des meurtres d’enfants se sont estompés. L’environnement semble un peu plus sûr. Mais neuf ans après la chute de Saddam Hussein, Robert Fisk a rencontré beaucoup de personnes qui estiment avoir perdu leur patrie.

clip_image001

« J’étais une étudiante de quatrième année de médecine à l’Institut de médecine légale à côté de la morgue et vous ne croiriez pas ce que nous avons vu. Je me souviens d’un corps qui nous était arrivé. Il avait été décapité et quelqu’un avait cousu une tête de chien à la place. Pouvez-vous imaginer quelqu’un capable de faire une telle chose ? »

« Al-Qaïda a tué deux de nos hommes ici il y a deux jours, » dit le flic. « Puis ils nous ont appelé pour nous dire le nom de leur opération… sur une radio de la police… »

Nous étions dans Falloujah reconstruite, où la police demande à tous les étrangers de ne circuler qu’avec une escorte. Nous avons eu six gardes, l’un d’entre eux portant une cagoule. Vous voyez l’ambiance. Le colonel de la police a encore déclaré plus tard : « Al-Qaïda [est] toujours là, ils sont une nuisance, par exemple pour moi quand je dois me déplacer dans la ville, mais ils ne sont plus ce qu’ils étaient. »

Dans l’ancienne base de la marine US, non loin de la gare de chemin de fer nouvellement reconstruite – où il n’y a, bien sûr, pas de trains – l’enseigne à moitié effacée « USMC » était encore sur le mur. Mais il y avait de la poussière en tourbillons autour de la cour et quelques-uns des sacs de sable étaient crevés.

Tout le chemin du retour à Bagdad, on apercevait les anciennes bases américaines délabrées, et les murs anti-explosion en béton de quelques-unes s’étaient effondrés. Il y avait une forte impression d’un empire défunt – à la suite des Romains puis la Grande-Bretagne.

L’Irak ne manque pas de problèmes. Son vice-président, Tareq al-Hashemi, a fui Bagdad pour le Kurdistan irakien puis est parti au Qatar et ensuite en Arabie Saoudite, faisant une tournée dans le Golfe – à la grande colère du Premier ministre irakien Nouri al-Maliki qui l’accuse d’avoir organisé des escadrons de la mort. Al-Hashemi affirme que trois de ses hommes ont été torturés à mort dans une prison de Bagdad – l’administration al-Maliki disant qu’une seule est morte et pour des raisons médicales.

C’est une sale histoire. Le gouvernement central veut même mettre au pas les autorités de l’aéroport d’Irbil, la capitale kurde, pour avoir permis à al-Hashemi de s’envoler vers le Qatar. La Grande-Bretagne n’est pas une république, mais c’est un peu comme si Cameron accusait Clegg d’être un traître, Clegg s’enfuyant alors en Ecosse et Cameron affirmant que l’aéroport d’Edimbourg ne devrait pas l’avoir laissé s’envoler vers l’Irlande. « La loi irakienne est une et elle s’applique à tous, y compris au Kurdistan, » a annoncé un porte-parole du gouvernement.

Mais cela ne marche pas. Le Kurdistan irakien est presque un Etat indépendant – il possède son propre drapeau, sa propre langue nationale – même si ses plaques d’immatriculation sont encore irakiennes.

Par Menthalo – Vers un krach systémique global

liesiletter

 

clip_image002

 

Ne vous y trompez pas, le mouvement relatif de l'Euro par rapport au Dollar ne doit pas vous cacher un fait 100 fois plus important !

 

UN KRACH MONETAIRE & SYSTEMIQUE GLOBAL

 

Tous les signaux clignotent et toutes les alarmes hurlent.

Il y a de longs mois, nous avions évoqué qu'une baisse des métaux serait mise en place pour que la Chine puisse se charger en Or à un prix raisonnable.

Ouvrez les yeux, cela semble bien avoir été fait ces derniers mois. Personne ne va vous donner le tempo exact de l'envolée vers les sommets nécessaires à la réforme monétaire.

(cf: le dossier : "l'or, l'argent et la réforme monétaire" )

 

Vous souvenez-vous que nos sources au cœur du système nous avaient dit en mars, que la Réforme monétaire ne pourrait avoir lieu tant que la Chine n'aurait pas 3.000 tonnes d'or ?

 

clip_image003

 

Dans son dernier article public sur silverdoctors, Jim Willie développe (plus longuement dans sa lettre confidentielle) et annonce que l'EST a acheté 5.000 tonnes d'or depuis février.

 

The Gold cartel cannot stop the price rise, because they will have no physical gold. They are being raided of their gold bullion by the East, to the tune of 5000 (five thousand) metric tons since the end of February. That figure was confirmed by my source, who also claims that the major banks are short well over 20,000 metric tons after illegally grabbing the Allocated gold accounts held in their custody. Law suits are occurring in Switzerland to this effect.

 

Vous aurez noté que les plus grosses banques ont vendu plus de 20.000 tonnes, placées sous leur garde... si vous êtes en GLD, en Bullion Bank ou autres ETF, vous avez intérêt à accélérer votre sortie pour prendre livraison de vraies pièces d'or ou d'argent, tant qu'on en trouve sur le marché.

 

Jim Willie transmet que l'une de ses sources au cœur du système bancaire européen, lui a dit en confidence la semaine dernière, que les pertes de JPM allaient s'élever à plusieurs centaines de milliards de Dollars et pourraient se comptabiliser en trillions $.

 

L'immense château de cartes des US T-Bonds nourris à 0% malgré un déficit annoncé de 1,5 T$, serait en train de s'effondrer.

 

La Chine aurait obtenu un droit qui n'avait jusqu'alors jamais été consenti à une Banque centrale étrangère : celui d'acheter ou de vendre les obligations du trésor américain sans passer par Wall Street.

 

Certains observateurs se demandaient si la Chine achetait à la Fed pour ensuite revendre à Wall Street ou si elle vendait en masse à la Fed.

 

Quoiqu'il en soit, ce marché s'est pris une vague scélérate en mars-avril et les pertes de JPM ne sont que la partie émergée de l'Iceberg.

 

En décembre 2011, Zhang Jianhua directeur de la recherche à la P.O.B.C. a été cité dans un journal chinois officiel disant: "Il n'y a plus aucune valeur sûre aujourd'hui. Le seul moyen de se protéger est de détenir la monnaie de base, l'or."

 

Accélérez votre sortie de tous les marchés pour passer en métaux précieux. L'or est le plus sûr à TCT, l'argent le plus profitable sur le LT. Voilà ce que disent les vrais professionnels.

Rien ne vous empêchera de passer de l'un à l'autre...

 

N'attendez pas.

 

La Chine et le Japon viennent d'annoncer qu'ils n'utiliseront plus le Dollar dans leurs échanges bilatéraux en juin... dans quoi 5 jours, 10 jours ?

 

L'ultimatum des Etats-Unis sur les pays achetant du gaz et du pétrole à l'Iran arrive également à échéance mi-juin. Si les BRICAAD lancent leur propre SWIFT, le Dollar va souffrir très rapidement, sans pour autant faire monter l'Euro.

 

Vous avez vu que l'Or avait monté cette semaine, alors que l'Euro chutait face au Dollar. Cela va s'amplifier.

C'est un signe.

 

clip_image004

 

Jim Sinclair vient d'envoyer un email à tous les souscripteurs de sa lettre confidentielle:

"Nous assistons à l'agonie de toutes les monnaies fiduciaires, c'est ce que nous montre l'or."

"we are currently witnessing the death throes of all fiat currencies, and that gold seems to recognize the fact."

 

Krach systémique Global ?

mercredi 30 mai 2012

Syrie: le massacre de Houla offre opportunément aux Etats-Unis un motif pour une intervention militaire

 

Internationalnews

 

clip_image001

 

WSWS 30 mai 2012

Par Chris Marsden

 

Titre original: Après le massacre de Houla, les Etats-Unis menacent d'intervenir militairement en Syrie

Le massacre de plus d'une centaine de personnes à Houla est utilisé par les Etats-Unis, les autres puissances occidentales et les Etats du Golfe pour intensifier leur décision en faveur d'un changement de régime en Syrie. Trente-deux enfants et 34 femmes figurent parmi les morts de vendredi, d'après les Nations unies.

clip_image002

S'exprimant hier sur Fox News, le chef d'état-major des armées américaines, le général Martin Dempsey, a dit, « Bien sûr, il y a toujours une option militaire. nous pourrions y recourir en Syrie à cause des atrocités. »

Ses commentaires font suite à une série de déclarations belliqueuses de Washington. La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, a dit, « Les Etats-Unis travailleront avec la communauté internationale pour intensifier notre pression sur [le président syrien Bachar] Assad et ses acolytes dont le règne par le meurtre et la crainte doit cesser. » La Maison Blanche a qualifié l'attaque contre Houla de « vil témoignage d'un régime illégitime. »

Le Conseil de coopération du Golfe, mené par l'Arabie saoudite et le Qatar, réclame également, une fois de plus, une intervention militaire directe. Le Koweït, qui dirige actuellement la Ligue arabe, a annoncé qu'il demandait une réunion ministérielle pour « prendre des mesures afin de mettre fin aux pratiques répressives exercées contre le peuple syrien. »

 

clip_image003

 

L'Armée syrienne libre (ASL), basée en Turquie, financée et organisée par Washington et ses alliés, a déclaré qu'elle n'était plus liée par la trêve négociée par l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan. Elle a publié un communiqué disant qu'à « moins que le Conseil de sécurité de l'ONU ne prenne des mesures urgentes pour la protection des civils, le plan Annan est condamné. »

Le Conseil national syrien (CNS) soutenu par l'Occident a fait appel au Conseil de sécurité des Nations unies pour convoquer une réunion d'urgence et prendre des décisions contraignantes afin de « protéger le peuple syrien » en invoquant le Chapitre VII qui autorise le recours à la force.

clip_image004

Le gouvernement Obama a, à ce jour, limité ses efforts visant à déstabiliser le régime Assad à un soutien secret de forces se basant sur les Sunnites et agissant par procuration, tels l'ASL et le CNS. Mais, il cherche à capitaliser sur les évènements tragiques survenus à Houla pour obtenir le soutien politique nécessaire à une intervention directe. Ceci signifie soit chercher l'appui de la Russie, soit neutraliser l'opposition de Moscou à toute décision d'évincer Assad.

Syrie et ingérence : L’oligarchie veut la guerre… Qu’on se le dise !

Il est tout de même effarant que l’on trouve les bonnes questions posées sur un site d’information iranien !

L’inaptitude et la collusion complète des médias de masse avec le pouvoir semblent indécrottables. Qu’attendre de médias français dont les payeurs sont les banquiers ou le complexe militaro-industriel ? Rien bien sûr… Par contre il n’y a qu’en France qu’on voit cela: une collusion directe à ce point.

– Résistance 71 –


Houla … l’horrible prétexte à la guerre!

images

par Mireille Delemarre

Il est clair que les massacres ont été commis pour préparer une intervention armée officialisée d’envergure occidentale…directe ou en utilisant des supplétifs mercenaires et ce n’est certainement pas le régime de Bashar Al Assad qui la demande.

Par d’horribles images postées sur le net que tous les médias ont repris en boucle tout en spécifiant qu’aucune vérification indépendante des sources n’a pu se faire ces médias empêchent toute réflexion rationnelle sur les évènements laissant libre cours à une déferlante de peste émotionnelle. Ce sont là des méthodes fascistes qu’en France un gouvernement dit de « gauche » non seulement cautionne mais en plus institutionnalise via les chaines et radios publiques.

Les massacres de Houla constituent hélas un exemple type de comment internet les médias occidentaux et leurs pendants arabes ( ceux financés par le Qatar et l’Arabie Saoudite) participent désormais activement au terrorisme institutionnel – terrorisme d’état soutenu par des institutions internationales comme l’OTAN, l’ONU…et collaborent activement avec les supplétifs -y compris la tristement célèbre entreprise US de mercenaires Blackwater- des gouvernements occidentaux et arabes derrière les massacres commis contre des civils en Syrie le dernier en date étant celui de Houla.

Une question qui revient sans arrêt à l’esprit des personnes qui refusent cette déferlante médiatique de peste émotionnelle actionnée par la mise en ligne puis le passage en boucle sur les médias de masse des images des tueries de civils syriens surtout d’enfants :

quel intérêt aurait eu le régime de Bashar Al Assad de commettre de tels massacres deux jours avant la visite de Kofi Annan visant à faire le point sur l’application de son plan de paix ?

Réponse claire aucun. Ces crimes odieux profitent aux opposants armés d’Assad derrière lesquels on retrouve les Frères Musulmans en passe de prendre le pouvoir en Egypte et qui rêvent de faire la même chose en Syrie avec la bénédiction et l’aide financière de l’Arabie Saoudite.

Hors la cyber déferlante de peste émotionnelle médiatisée à outrance – la BBC a publié une photo de massacres commis en Irak retirée ensuite à la demande du photographe choqué par cette grossière manipulation – sciemment planifiée par la publication de ces images sanglantes vise justement à empêcher de se poser les bonnes questions sur ces tragiques évènements voire tout simplement ne pas se poser de question comme c’est le cas dans toute société fasciste.

Il est donc crucial si on ne veut pas sombrer dans une dictature fasciste -qu’elle soit nationale à visage de «gauche» ou internationale «globalisée» – de se poser un maximum de questions sur ces évènements tragiques.

HOULA: LA GRANDE MISE EN SCÈNE

LA MANIPULATION ET LE MENSONGE AU SERVICE DE LA HAINE ET DE LA GUERRE. L'OCCIDENT EN EST DEVENU UN CHAMPION. C'EST COMME SI L'IRAK, L'AFGHANISTAN, LA LIBYE N'ÉTAIENT PAS SUFFISANTS POUR NOUS EN CONVAINCRE, VOILÀ QUE C'EST MAINTENANT LA SYRIE.

oscar fortin

clip_image001

Un véritable scénario de « mission impossible » : comment prendre le contrôle d’un pays par la force, alors que la communauté internationale, les Nations Unies en l’occurrence, ne donne pas le feu vert pour couvrir l’intervention des belligérants? Dans le cas de la Libye, le « cuisinage » de l’opinion publique et la manipulation des membres du Conseil de sécurité avaient été rapides et particulièrement efficaces par rapport à ce qui se passe en Syrie.

Dans le cas de cette dernière, l’opinion publique demeure plus sceptique à l’endroit de ces apôtres « humanitaires » qui ont laissé la Libye sous des décombres et avec des dizaines de milliers de morts. Certains parlent même de plus de 120 000 morts. Ces « humanitaires» sont repartis après avoir mis la main sur les milliards de dollars du peuple syrien et s’être assuré du contrôle des richesses pétrolières. Par rapport à ces comportements peu humanitaires, la Russie et la Chine s’opposent maintenant à ce qu’une opération semblable se réalise en Syrie.

Que faire alors pour se débarrasser du président Bachar Al-Assad et prendre le contrôle de la Syrie? Il y a tout de même un certain décorum à respecter de la part du prix Nobel de la paix 2009 : entamer une guerre sans l’accord du Conseil de sécurité des Nations Unies serait mal vu par l’opinion publique internationale. Par contre, faire appel à des mercenaires qui n’ont pas de permissions spéciales à demander au Conseil de sécurité devient une alternative intéressante.

Il suffit de les armer, de les payer, de leur apporter un soutien technique et logistique. Pendant qu’eux feront la vie dure à Bachar Al-Assad et au peuple syrien, « les humanitaires » s’assureront que les médias répercutent leur violence et leurs crimes comme résultats des interventions de l’armée syrienne. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), mis en place à Londres par leur propre service d’intelligence, recevra les photos des victimes ensanglantées alors que des spécialistes rédigeront des textes démontrant la cruauté du régime de Bachar Al-Assad. Les grandes agences occidentales et leurs satellites régionaux n’auront plus qu’à diffuser le scandale d’autant de crimes horribles commis par le gouvernement syrien.

Cette première étape de la guérilla n’a pas donné les résultats escomptés. Le référendum sur la nouvelle constitution a pu se réaliser tel que convenu et la participation a dépassé les 58 % de l’électorat syrien et elle fut acceptée avec plus de 50 % de ce même électorat. Il en fut de même pour les élections législatives du début de mois de mai. En dépit des actions terroristes, ces élections ont pu se réaliser dans le cadre de la nouvelle constitution et permettre à 9 partis politiques de faire leur entrée à l’Assemblée législative. S’ajoute le fait que la présence de groupes terroristes et de mercenaires à la solde de pays étrangers est de plus en plus évoqué par les observateurs de la mission de paix et par certains pays, dont la Russie et la Chine, opposées à une intervention militaire de pays étrangers. Même le Secrétaire général des Nations Unies qu’on ne peut accuser d’être en faveur du régime syrien a dû reconnaitre qu’il y avait des groupes terroristes dans le pays et que la violence provenait de diverses sources. Le gouvernement n’en avait pas seul le monopole.

Le retour du grand vautour

Louis Denghien

clip_image001

 

Il ne manquait que sa « grande voix » dans le concert d’hystérie anti-syrienne.. Bernard Henri Lévy, flairant l’odeur du sang arabe, repart sur le sentier de la guerre. Frustré de sa guerre contre la Syrie depuis trop longtemps, l’initiateur de la guerre conte la Libye vient d »écrire une lettre, pas vraiment privée, à François Hollande, l’adjurant de mette en œuvre, avec les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Ligue arabe et la Turquie, une stratégie « allant au-delà d’un soutien sans faille à la mission Annan ».

 

 Traduit de l’idiome ou de la langue de bois précieux de BHL, ça signifie « Quand est-ce qu’on bombarde la Syrie, en attendant mieux ? » Mais nos lecteurs avaient rectifié d’eux-mêmes !

 

BHL plus compromettant qu’influent

 

Nos lecteurs en sont également conscients, BHL a une certaine capacité de nuisance, il l’a démontré à hauteur de milliers de morts libyens, ayant contribué, et il s’en vante assez, à transformer un début de guerre civile en putsch sanglant appuyé par des mois de bombardements de l’OTAN comme on en avait plus vus depuis les « plus beaux » jours des guerres atlantistes contre l’Irak et la Yougoslavie. Pour tenter de convaincre Hollande de remettre ça le plus vite possible en Syrie, l’agent d’influence américano-israélien de passeport et de résidence français active ses réseaux, et sa lettre paraitra in extenso dans Le Point en France, et ailleurs dans Il Corriere della Sera, El Pais, Die Welt, Espressen, ou encore The Huffington Post, soit un panel représentatif de la grande presse internationale et alignée sur le néo conservatisme.

mardi 29 mai 2012

Qatar: 19 morts, dont 13 enfants, dans l'incendie d'un centre commercial à Doha

clip_image001

© Photo: en.wikipedia.org/Amjra/cc-by-sa 3.0

Dix-neuf personnes ont péri lors d'un incendie qui a ravagé lundi le plus grand centre commercial de Doha, la capitale du Qatar, selon les autorités du Qatar.

Le feu, dont les causes restent indéterminées, a pris semble-t-il dans une crèche du Villagio Mall, un centre commercial d'inspiration italienne inauguré en 2006 dans l'ouest de la capitale et qui comprend aussi un hôtel, un parc à thème et un canal avec gondoles.

L'incendie a fait «19 morts, dont 13 enfants - sept filles et six garçons, quatre puéricultrices et deux membres de la Défense civile », a indiqué le ministère de l'Intérieur sur Twitter, citant le ministère de la Santé.

Le ministre de la Santé Khaled al-Qahtani a annoncé que 17 personnes avaient été blessées dans l'incendie, en majorité des pompiers. Des témoins ont raconté que des colonnes de fumée noire s'élevaient du centre commercial, alors que les ambulances se succédaient.

http://french.ruvr.ru

Un puissant virus informatique découvert

image

Un groupe d'experts en sécurité informatique a annoncé lundi avoir découvert un nouveau virus informatique, appelé "Flame", retrouvé dans des milliers d'ordinateurs dans tout le Proche-Orient et qui serait l'un des logiciels pirates les plus puissants existant.

L'entreprise Kaspersky Lab, qui a découvert le programme malveillant, a retrouvé des installations du virus remontant à cinq ans mais n'a pas donné de pistes concernant sa conception.Le chercheur en sécurité Roel Schouwenberg décrit le programme en question comme la troisième arme informatique la plus sophistiquée après "Stuxnet", un virus ayant attaqué les installations nucléaire iraniennes en 2010, et son cousin "Duqu", un "malware" spécialisé dans le vol de données.

IRIB


L’Iran affirme avoir produit un anti-virus capable de neutraliser Flame

clip_image001

L’Iran est parvenu à produire un antivirus capable d’identifier et détruire Flame, un nouveau virus informatique utilisé comme cyber-arme, a affirmé le Centre de coordination iranien pour la lutte contre les attaques informatiques.

Le centre Maher, dépendant du ministère iranien des Télécommunications, a réussi à identifier le virus Flame puis à préparer un anti-virus capable de l’identifier et de l’éliminer, selon un communiqué posté sur le site de cette organisation.

Cet anti-virus est à la disposition des organes et des administrations qui en font la demande, ajoute le communiqué qui n’indique pas quand ni comment le virus à été découvert, ni quels dégâts il aurait déjà pu faire en Iran. L’agence Fars a affirmé de son côté mardi, citant le centre Maher, que Flame était responsable du vol d’informations à grande échelle au cours des dernières semaines, sans préciser quels types de données avaient été piratées ni où.

Le porte-parole des Affaires étrangères Ramin Mehmanparast a rejeté mardi la responsabilité de cette attaque sur certains pays ou régimes illégitimes capables de produire des virus portant atteinte à tous les pays, une allusion à Israël et aux États-Unis accusés par Téhéran d’être derrière de précédentes attaques informatiques.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...